KESHIN
 - Esprit de Détermination -

 Concepts 


KI :            

Le thème du KI est un sujet très vaste qui peut être abordé de diverses manières, selon le vécu de chacun.
Le Ki peut se définir par la tension dans le Hara.

Le KI est une énergie qu'il faut gérer en Iaido comme dans tous les autres Arts Martiaux. 
Il en ressort que pour aborder ce concept, il faut avoir un Hara fort pour concentrer cette énergie.

La posture du corps permet de se construire, de se centrer, et donc de développer le Ki.
La force du Ki est aussi dans la décision et avec un esprit libre (Fudoshin) pour extérioriser la menace. L'affrontement avec un adversaire nous amène à un duel entre la vie et la mort, et l’instinct de survie de l’être humain lui permet de développer cette force d'opposition. 

En calligraphie, il y a la même esprit  de décision avant de commencer à tracer un trait sur une feuille. Il n'y a pas de repentir possible.

 

Ki Me :

L'association avec le thème KI représente, pour les pratiquants de sabre, la forte résolution à conclure une coupe : Ippon.
Le Kime, c'est aussi l'image d"un « serpentin » symbolisant le Ki que nous projetons sur l’ennemi, non pour qu’il l’absorbe, mais pour qu’il revienne vers nous quand l’action est terminée. En Iaido, s'il n'y a pas cette sensation, notre exécution n’est qu’une simple gestuelle et une fade chorégraphie. C'est cela qui amène la vie et la présence dans un kata.
Notre énergie doit être plus puissante que celle de notre adversaire pour pouvoir absorber la sienne, à l’image de la langue du caméléon.

Si des pratiquants de faible grade font plusieurs coupes Kiri Tsuke de suite, vus de profil, nous pouvons constater que certains coupent avec la force près de la Tsuba, alors que d’autres lancent le Kissaki vers l’adversaire.
Là est la différence entre celui qui n'utilise pas le Kimé et celui qui l'utilise.
Ishido Sensei dit qu’il faut "mettre son esprit dans le Monouchi" de son sabre. C’est une des raisons pour laquelle il est dit que le sabre est l’âme du Samouraï.

 

Ki Ken Tai :

En Iaido et en Kendo, c'est l'engagement total du sabreur par l'association coordonnée de l'Energie du Hara (Ki), du Sabre (Ken) et du Corps (Tai). Cependant, il faudrait garder ces 3 éléments dans cet ordre, car on n'avance pas le corps avant de lancer le sabre, sinon on s'expose à une riposte (Tsuki ou autre).
C'est cette force (Ki), concentrée dans le Hara (ceinture pelvienne), qui permet le
relâchement du haut du corps (ceinture scapulaire) pour laisser passer l'énergie jusqu'à la pointe du sabre (Kissaki).
En Iaido, cela se matérialise par une avancée de petite amplitude, au niveau des hanches et du pied situé à l'arrière, au moment du Kiri Tsuke ou d'un Tsuki.