KESHIN
 - Esprit de Détermination -

 Concepts 


KASSO TEKI :       

« L’adversaire imaginaire ».
Contrairement au Kendo où il existe un adversaire réel, le Iaido est une technique de sabre que l'on exécute contre un ennemi virtuel. Cet adversaire est de même taille et corpulence que soi-même, et ses mouvements obéissent aux scénarii définis dans les différents Katas réalisées.
En fait, cela ne se réfère pas seulement à la distance et à la position, mais plutôt aux effets produits par l'action accomplie.
Par exemple : après une coupe efficace, est-ce que l'ennemi va tomber en arrière, s'écrouler sur place ou, basculer sur un des côtés ? En d'autres termes, toute la logique de l'action est en relation avec la taille, la position et le mouvement de l'adversaire.

Les kata de Seitei Iai sont des formes imposées, très cadrées, écrites dans un livre édité par la ZNKR Iaido.
Mais lors de la pratique d'une école (Muso Shinden Ryu), à l’intérieur d’une forme établie que l’on doit respecter, il y a toujours une possibilité de modifier les différentes actions et réactions des adversaires ; ce sont les Kae Waza (variantes). Pour cela, lors des entraînements personnels, il faut réfléchir pour sortir du schéma habituel et être prêt à envisager les différentes façons d'attaquer un adversaire. D'où la nécessité d'avoir un Zanshin et un Seme fort, un Metsuke correct et d'anticiper l'action adverse.

La codification du salut au début de la pratique, permet de nous mettre en condition et en état de vigilance (Zanshin). Malheureusement, par ignorance ou négligence, cela est trop souvent considéré dans les Dojos comme une « formalité obligatoire ». C’est oublier trop rapidement la présence d’un ennemi potentiel.

Durant la phase du Seme, le corps doit rester prêt à réagir immédiatement à toute offensive.

Le corps trouve protection sous et/ou derrière le sabre ; ce qui veut dire qu'il faut avoir un bon Kamae avant de lancer la coupe.
Le fait de pivoter et/ou de positionner les hanches, permet de préparer le sabre et le corps vers l’adversaire. Le Metsuke est important car il va nous aider à placer le corps.
La pointe du sabre doit être ascensionnelle et le tranchant dirigé vers l'adversaire durant le Furi Kaburi. A la fin, le Kissaki doit être prêt à partir, le corps et la Tsuka en menace (Kamae).

Dans le Kata Shi Ho Giri, où il y a plusieurs adversaires, il faut avoir une vision d’ensemble pour pouvoir changer son axe de coupe selon la position réelle des adversaires. La sensation de l’adversaire dans le dos oblige à adapter la vitesse du pivot et de la coupe. Notre propre position par rapport à l’adversaire influencera son attaque : en Chudan et de face, il ne va pas se jeter droit sur nous ; alors que s’il arrive dans notre dos, son attaque sera différente.
L’action du Metsuke doit suivre du regard l’adversaire.
La rotation de la tête est importante pour voir l’ennemi et c'est aussi un principe mécanique des vertèbres cervicales qui entraînent ensuite la rotation du corps. 

Pendant la phase du Noto, le corps, les yeux et le Hara restent actifs. Mais notre attitude doit rester non violente : il faut agir comme si on pénétrait dans un essaim d’abeilles qu’il ne faut pas affoler ; toute action brusque entraînant une réaction brusque. C'est le retour au calme (Sei To Do).
Voir Zanshin.